Projet respiration : interview d’Elisabeth Toutut-Picard

Projet respiration : interview d’Elisabeth Toutut-Picard

12 juin 2018 Non Par reseau-agriville

L'engagement d'une élue pour l'agriculture urbaine comme vecteur d'alimentation durable.

Interview par : Camille DUMAT, Professeure INPT-ENSAT / TRADUCTRICE LSF DE LA SCOP : Anne Leroy.

Toulouse, 6-9 juin 2017 • Colloque international de recherche « Urban agriculture and ecological transition »

sticker-drapeau-france

Ressource en LSF.

RÉSUMÉ

Mme Elisabeth TOUTUT-PICARD [à l’époque, Adjointe au Maire en charge du Développement durable ; adjointe au maire Conseillère déléguée de Toulouse Métropole Présidente de la Commission Environnement, Développement Durable et Energies Vice-Présidente de la Commission Déchets Urbains ; désormais Députée REM de la 7e circonscription de Haute-Garonne] est directrice d’hôpital et pilote des actions environnement-santé dans son établissement et plus largement au CHU.

Élue société civile à Toulouse Métropole elle favorise les projets d’alimentation durable des citoyens. Elle explique que les projets d’AU sont cruciaux pour la région toulousaine qui dispose de 25% de surface agricole. Ils sont conçus à différentes échelles : pour la ville de Toulouse, elle est particulièrement heureuse du succès des jardins partagés qui fournissent des services divers aux populations : lieux de rencontre, d’échanges et de formation, rôles économiques (légumes, fruits, volailles) et environnementaux (puits de carbone, ilots de fraicheur, biodiversité…) ; pour la métropole, des projets ambitieux de relance du maraichage urbain, création de filières avec des circuits courts favorisant les interactions consommateurs-producteurs et la qualité de l’alimentation. Selon Mme TOUTUT-PICARD, les élus dans leurs pratiques d’AU, ont besoin d’être éclairés par des partenaires à différentes échelles: chercheurs, associations, professionnels du monde agricole…

« C’est ensemble que nous allons définir une gouvernance et co-construire des solutions pertinentes et durables ! ».

Dans la région toulousaine, la vitalité démographique est une force économique qui pose aussi la question des ressources alimentaires…Toujours plus de personnes à loger et nourrir, il faut tout concilier ! Il existe un lien étroit entre l’offre alimentaire locale et le développement de l’agriculture en région, favoriser l’agriculture sous diverses formes est un objectif crucial. La seconde grande problématique est le réchauffement climatique : + 3 °C prévus d’ici quelques décennies. Il est indispensable d’anticiper, penser et accompagner les changements de pratiques des acteurs professionnels et amateurs ; il faut aussi développer de nouvelles filières de maraichage pour assurer en local une partie de l’alimentation des toulousains. « Par ailleurs, les espaces piétonniers sont très appréciés des habitants ; tous les projets d’aménagements urbains intègrent la dimension environnementale. » Planter des arbres, ramener la nature en ville pour lutter contre les ilots de chaleur afin de concevoir de nombreux petits éco-quartiers.

Pour conclure, Mme TOUTUT-PICARD explique que ce qui est observé à « petite échelle » dans la région toulousaine, l’est aussi à l’échelle mondiale : accroissement démographique, changements climatiques, réflexions pour une répartition équitable des ressources alimentaires et la prise en compte du lien environnement-santé. Le fait qu’un colloque international sur ces questions se déroule à Toulouse est réconfortant sur la volonté de travailler ensemble à l’échelle internationale, trouver et partager des solutions. En France, un enjeu pour traiter efficacement ces questions serait en préalable de dépasser les clivages administratifs et politiques pour dégager des solutions durables et qui réconcilient les grandes villes et les zones rurales en revitalisant certaines zones actuellement délaissées (continuum et synergies entre le cœur de la métropole et les différentes couronnes).